Faire un sourire, apprendre à se retourner, à marcher, à parler, à dessiner, à se faire des amis… En grandissant, votre enfant développe toutes sortes d’habiletés dans différents domaines.

Dès sa naissance, votre enfant commence à se développer sur les plans moteur, intellectuel, social et affectif. Comme des morceaux de casse-tête qui donnent une image, ces quatre grandes sphères de développement forment un tout. D’où le terme « développement global ».

Pour qu’un enfant se développe bien, il faut d’abord répondre à ses besoins physiques (ex. : manger, dormir, être lavé) et affectifs. « Il a besoin de recevoir beaucoup d’amour de ses parents, de se sentir important pour eux et d’être réconforté quand il pleure. Cela lui permettra de bâtir son estime de soi et sa confiance en lui, qui l’aideront à apprendre », indique Caroline Roussel, psychoéducatrice pour les programmes de stimulation précoce du CIUSSS du Nord-de-l’Île-de-Montréal.

Un milieu stimulant est un autre ingrédient essentiel. « Pour que son cerveau s’active, l’enfant doit pouvoir découvrir son environnement, interagir avec d’autres enfants, aller dehors, jouer, essayer de nouvelles choses », résume Miriam Beauchamp, directrice du Laboratoire de neuropsychologie développementale ABCs de l’Université de Montréal et du CHU Sainte-Justine.

À chacun son rythme

Il n’y a pas deux enfants pareils. L’un peut marcher à 10 mois, l’autre à 15 mois. Un enfant peut dire ses premiers mots avant de faire ses premiers pas. Pour un autre, c’est le contraire. C’est pourquoi il est souhaitable de ne pas comparer les enfants.

« Chaque enfant se développe à son propre rythme, selon sa génétique, son tempérament et ses préférences, souligne Miriam Beauchamp. Les stimulations qu’il reçoit ont aussi une influence. Par exemple, un enfant qui est très stimulé sur le plan du langage parlera peut-être plus tôt. »

Pour le bien-être de votre enfant, vous avez tout avantage à avoir des attentes adaptées à ses capacités. « Un enfant qui ressent trop de pression ou qui ne satisfait pas aux attentes peut vivre de l’anxiété et croire qu’il n’est pas digne d’être aimé, explique la psychoéducatrice Caroline Roussel. Il peut aussi se replier sur lui-même, et même régresser. »

Please reload

Posts à l'affiche

L’enfant difficile avec les aliments

February 8, 2016

1/1
Please reload

Posts Récents

September 2, 2019

August 27, 2019

Please reload

Archives
Please reload